Connect with us:

Animaux de compagnie

Pour une cohabitation harmonieuse entre gestionnaires de la faune, randonneurs et animaux de compagnie

Lors d’une balade en plein air, il peut être tentant de laisser son chien se promener librement pour faire un peu d’exercice et profiter de la nature. Toutefois, ce geste peut exposer votre animal de compagnie à différents dangers :Image1

  • Il peut causer ou être victime d’un accident routier;
  • Il peut être blessé par un autre animal (par exemple, un porc-épic, un coyote, un animal porteur du virus de la rage, etc.);
  • Il peut contracter ou propager des maladies ou des parasites;
  • Il peut être capturé dans un piège installé en toute légalité ou être abattu accidentellement;
  • Il peut être exposé à des substances dangereuses;
  • Il peut se perdre en forêt.

De plus, s’il n’est pas sous votre contrôle et qu’il se sent menacé, votre chien pourrait attaquer des êtres humains ou d’autres animaux. Les chiens qui sont laissés sans surveillance peuvent aussi causer de graves dommages aux populations d’animaux sauvages. Ils ont tendance à pourchasser les animaux qu’ils voient et ce comportement peut s’avérer particulièrement dommageable pour le cerf de Virginie en période hivernale.

Il est difficile, voir impossible de savoir avec certitude comment votre animal réagira en cas de stress ou d’excitation. Ainsi, mieux vaut le tenir en laisse pour assurer sa sécurité, celle de la faune et celle des autres utilisateurs du territoire (randonneurs, chasseurs, etc.).

Qu’en est-il des chats?

Les chats qui sont laissés en pleine liberté sont exposés aux mêmes types de dangers que les chiens errants (voir plus haut).

Ces chats peuvent aussi causer des dommages à la faune sauvage. En chassant, ils peuvent affecter les populations de leurs proies (petits mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles et invertébrés) et faire compétition à des espèces prédatrices indigènes. Ils peuvent également servir de vecteurs pour des maladies transmissibles à l’homme ou à d’autres animaux.

Garder votre chat à l’intérieur de votre domicile en tout temps permettrait de réduire considérablement les dangers auxquels il peut être exposé. Cela contribuerait aussi à limiter les impacts négatifs que votre animal pourrait avoir sur la faune sauvage.

Le saviez-vous?

  • Selon le Conseil des directeurs de santé publique, près de 117 000 cas de victimes de morsures de chiens sont enregistrés, chaque année,  au Québec.
  • Le chat domestique fait partie de la liste des 100 espèces exotiques envahissantes les plus dommageables au maintien de la biodiversité, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
  • Au Québec, « Nul ne peut laisser errer un chien dont il est le propriétaire ou le gardien dans un endroit où l’on trouve du gros gibier », selon l’article 61 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune. Cette loi prévoit une amende minimale de 250$ en cas d’infraction et permet à un agent de protection de la faune d’abattre un chien qui erre là où il y a du gros gibier.
  • Selon l’article 1466 du Code civil du Québec, « Le propriétaire d’un animal est tenu de réparer le préjudice que l’animal a causé, soit qu’il fût sous sa garde ou sous celle d’un tiers, soit qu’il fût égaré ou échappé. La personne qui se sert de l’animal en est aussi, pendant ce temps, responsable avec le propriétaire ».
  • Les municipalités du Québec ont généralement adopté des règlements qui obligent le port de la laisse. Il est important de vous renseigner sur les règlements qui ont cours dans votre municipalité.

___________________________________________________________________________________________________

Source du soutien financier pour le projet:
Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs dans le cadre du Réinvestissement dans le domaine de la faune. Toutefois, les idées et les opinions formulées dans ce document sont celles du ou des organismes auteurs.